Skip to content

Les jeunes et l’environnement

9 août 2013

Récemment se déroulait à Montréal un des plus importants festivals de musique de l’est de l’Amérique du Nord, à savoir Osheaga 2013.

Les médias ont fait grand cas de l’énorme success de cette édition 2013. En effet, tous les billets se sont vendus et, malgré quelques problèmes de sono la première journée (de mon point de vue en tous cas), les festivaliers en ont eu pour leur argent!

Et je me sentais vieux parmi tous ces jeunes, l’élite de demain, l’espoir de l’humanité, une foule donc essentiellement constitué des 15 à 25 ans…

Pourtant, c’est aussi cette foule qui laissait de véritables monceaux de déchets (verres de bière, carton de bouffe, napkins, …) par terre, à la fin de chaque prestation!

Au sortir de ces 3 jours festifs, force est de constater que la conscientisation face à l’environnement est un grand mirage! Il y a vraiment de quoi se questioner sur la volonté de nos jeunes à faire leur part pour la société…

Tout cela m’a laissé perplexe… et déçu.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à me contacter ou à faire vos commentaires ci-bas.

Je vous invite aussi à partager cet article dans vos médias sociaux à l’aide des boutons de partage ci-bas.

Finalement, pour rester connecté, pourquoi ne pas vous abonner par courriel?

Abonnez-vous par courriel

Salon de l’auto de Montréal

21 janvier 2013

GES et évolution de l’automobile

J’ai passé du temps au salon de l’auto de Montréal en fin de semaine. J’ai été agréablement surpris de l’emphase mis par les différents constructeurs afin de mettre en évidence les modèles électriques ou hybrides.

Même si ces véhicules se détaillent un peu plus cher que les véhicules traditionnels, il y avait un effort évident afin de vulgariser les tenants et les aboutissants de ces technologies encore nouvelles pour le commun des mortels.

On ne peut qu’espérer que cela aura des retombées positives sur laprolifération de tels véhicules sur nos routes. Car n’oublions pas que le grand objectif est de réduire les émissions de gaz à effets de serre.

Et un bravo spécial à Chevrolet qui avait une excellente présence avec la Volt!

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à me contacter ou à faire vos commentaires ci-bas.

Je vous invite aussi à partager cet article dans vos médias sociaux à l’aide des boutons de partage ci-bas.

Finalement, pour rester connecté, pourquoi ne pas vous abonner par courriel?

Abonnez-vous par courriel

Enfin les américains ont une autre façon de faire de l’éthanol!

16 janvier 2013

Crise alimentaire et éthanol-maïs

Beaucoup d’encre a coulé afin de dénoncer le curieux paradoxe d’utiliser du maïs (ou autres céréales) afin de faire de l’éthanol, lequel éthanol se retrouve mélangé à l’essence qu’on nous vend dans toutes les stations-service. En effet, alors que des centaines de millions d’être humains crèvent de faim dans le monde, les États-Unis sont les premiers producteurs d’éthanol à partir de maïs et autres céréales (bien peu savent sans doute que le Canada n’est guère mieux, mais passons…).

J’ai donc été content de voir cet article de Dupont annonçant la construction d’un méga-complexe de conversion des tiges et feuilles de maïs en éthanol. Une usine devant produire plus de 100 millions de litres de biocarburant par année. Cette usine sera opérationnelle en 2014.

Pourquoi produire de l’éthanol?

Comme on le sait, les pays industrialisés sont, en général, des importateurs nets de pétrole et de produits pétroliers. Donc, mélanger de l’éthanol produit localement permet d’augmenter l’indépendance énergétique et d’encourager l’économie nationale. De plus, si cet éthanol est un biocarburant, cela va donc amener une réduction des émissions de gaz à effets de serre.

Présentement, la réglementation garantit 5% d’éthanol dans l’essence vendue au Canada. Par contre, les moteurs à essence peuvent accepter des niveaux d’éthanol de l’ordre de 10% à 15% sans problème. De plus, les moteurs de type FlexFuel acceptent des taux d’éthanol de l’ordre de 85%!

Donc, en transformant les déchets organiques (boues municipales, fumiers, déchets forestiers, déchets agricoles et déchets domestiques organiques, …), le Canada pourrait devenir un leader en biocarburant. Cela aurait des conséquences positives sur l’économie, sur la réduction des émissions de gaz à effets de serre et sur la réduction de la disposition de matières. Évidemment, cette situation va devenir intéressante lorsqu’il sera économiquement rentable de produire cet éthanol par rapport au prix de l’essence.

D’un côté, l’évolution des technologies réduit le coût de production de cet éthanol et l’augmentation inexorable du prix de l’essence font en sorte que cela va se produire au cours des prochaines années.

Il nous suffit d’être patient…

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à me contacter ou à faire vos commentaires ci-bas.

Je vous invite aussi à partager cet article dans vos médias sociaux à l’aide des boutons de partage ci-bas.

Finalement, pour rester connecté, pourquoi ne pas vous abonner par courriel?

Abonnez-vous par courriel

L’économie Bleue, vous connaissez?

2 décembre 2012

J’ai beau être assez au fait de ce qui se fait en développement durable, l’économie bleue était un concept encore inconnu jusqu’à ce que Louis, une connaissance, m’en parle dans un courriel. Comme le disait Socrate, si tu sais que tu ne sais rien, tu détiens la clé de toute connaissance…

Donc, qu’est-ce que l’économie bleue?

Je suis un peu néophyte, mais cela me sonne comme la quintessence du développement durable! Donc, mettre sur pied une idée, une entreprise, un produit en ayant en tête, non pas la profitabilité, mais l’harmonie avec la Nature avec un grand N.

Le site www.zeri.org présente l’approche générale qui est proposée ainsi que de l’information sur des projets.

L’approche consiste essentiellement à créer un véritable écosystème autour de la production des biens et services. On fait donc la démonstration que l’industrialisation aveugle et la mondialisation sauvage ne peuvent que nuire à notre planète (ça, on le savait déjà) et qu’on doit revenir à des dimensions plus humaines, des marchés de proximité… Le concept m’apparaît viable dans bien des domaines, mais, à court terme, plus difficilement envisageable dans bien d’autres…

Des exemples

En cette période de début des festivités de Noël, force est de constater que notre société occidentale est d’abord centrée sur la consommation… Et nous consommons quoi? Des jouets, des décorations, des produits faits en Asie ou dans des pays du Tiers-Monde… Et toute notre économie gravite autour de cette folie de consommation et de chasse à l’aubaine! Difficile donc de renverser la vapeur de cette locomotive qu’est notre société de consommation!

Toutefois, il est vrai que des gains et des victoires sont tangibles et manifestes: Entreprises d’agriculture biologique, des exemples d’écotourisme, …

Ces exemples touchent à ce que je qualifierais de denrées de première ligne… Nous voulons aller en vacances de façon responsable et manger des produits frais! Ces deux activités sont donc propices à une exploitation plus humaine, régionalisée, centrée sur la Nature.

Mais au delà de ces initiatives  »naturelles » ou plus évidentes, que peut-on faire?

Gunter Pauli: Le précurseur

Gunter Pauli est un précurseur de l’économie bleue et il a travaillé, au cours des 20 dernières années, à définir une centaine d’innovations qui rendraient notre monde plus en ligne avec les préceptes de la nature. Ces initiatives sont présentées sur www.blueeconomy.eu.

Le concept de base est de revoir la conception même des systèmes afin de mieux utiliser les ressources et de mieux s’intégrer au rythme naturel. Il y a sans doute du rêve dans tout cela… Mais on voit aussi poindre l’effort et l’énergie de changer le monde… pour le bien de tous.

Je vous invite donc à lire davantage sur ce sujet. De mon côté, je vais consacrer prochainement quelques chroniques sur l’Économie Bleue.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à me contacter ou à faire vos commentaires ci-bas.

Je vous invite aussi à partager cet article dans vos médias sociaux à l’aide des boutons de partage ci-bas.

Finalement, pour rester connecté, pourquoi ne pas vous abonner par courriel?

Abonnez-vous par courriel

Quel est l’avenir du transport en commun dans la région de Montréal?

18 septembre 2012

Quels sont les plans de notre nouveau gouvernement en transport en commun à Montréal?

Au risque de me répéter, les vrais enjeux du Québec ont été éludés lors de la dernière campagne électorale au profit de  »chicaneries » entre les chefs de partis.

Je me souviens vaguement que le Parti Québécois prônait des prolongements de métro. Effectivement, de bons projets, mais qui coûtent très chers et prennent beaucoup de temps à réaliser… Que fait-on en attendant?

Pourtant, un investissement éclairé en transport en commun rapporte:

- Réduction sensible de la congestion routière;

- Diminution des coûts pour les usagers;

- Retombées économiques importantes;

- Diminution des gaz à effet de serre.

Ces résultats sont bien documentés, entre autres, dans une étude commandée par la Chambre de Commerce du Montréal Métropolitain.

Il est donc assez étrange de voir que les investissements pour des voies réservées pour autobus, des liaisons rapides par autobus, des trains de banlieue se font pas mal tous attendre… Nos routes sont en piteux état, nos ponts se portent mal, les travaux amènent de la congestion partout… Qu’attendons-nous? Le nouveau métro? $5 milliards et 10 ans plus tard, ça ne règle pas les problèmes à court terme!

On parle d’usines de biométhanisation partout dans la région de Montréal, pourtant on ne parle pas de prendre ce biogaz et d’en alimenter des autobus au gaz naturel! NON! Ici, on parle d’autobus hybrides, voire électriques et au biodiesel. Pourtant, si la région de Montréal continue avec ses plans de biométhanisation, on va se retrouver avec des millions et des millions de mètres cubes de gaz sans débouchés évidents! On pourrait alimenter des centaines d’autobus sans dépendre de carburants venant de l’extérieur du Québec…

On parle d’électrifier les transports mais les villes ne veulent pas investir dans des trolley bus et les opérateurs de chemins de fer (le Canadien National et le Canadien Pacifique, pour ne pas les nommer) ne veulent pas de trains de banlieue électriques. Pourquoi? Parce que cela amène un besoin de reconfigurer des rues, de la signalisation et ainsi de suite… Donc, en attendant, on fait ce qu’on fait de mieux au Québec, on attend! Pourtant, HYdro-Québec a de grands surplus et, encore une fois, on pourrait diminuer notre dépendance au pétrole…

Il est déprimant de voir que malgré toutes les façades (comme la mairesse de Longueuil, le maire de Montréal et le maire de Laval qui tentent de montrer une bonne entente par rapport au dossier du transport en commun), il ne semble pas y avoir un bon plan d’ensemble pour le transport en commun dans la région de Montréal: l’AMT est de son côté, les 3 grands sociétés de Transport (STM, RTL et STL) travaillent chacun de son côté et les autres villes, tant bien que mal, tentent de tirer leurs épingles du jeu avec des CIT.

Saviez-vous qu’il y a 10 CIT autour de Montréal et 5 petites organisations de transport en commun dans des villes de la couronne de Montréal? Donc, il y a 19 entités distinctes, pas vraiment coordonnées, qui offrent et gèrent des services de transport en commun dans la région de Montréal. Pas surprenant que cela ne tourne pas toujours rond!

Et vous, qu’en pensez-vous?

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à me contacter ou à faire vos commentaires ci-bas.

Je vous invite aussi à partager cet article dans vos médias sociaux à l’aide des boutons de partage ci-bas.

Finalement, pour rester connecté, pourquoi ne pas vous abonner par courriel?

Abonnez-vous par courriel

Relents de vacances… et d’élections

7 septembre 2012

Le GarsduDD a pris des vacances en août, loin du tapage des élections…

Drôle d’idée que ces élections estivales!

Je suis allé en Gaspésie et au Maine. Dans ces régions, le concept de développement durable n’a pas besoin de faire les manchettes, c’est une réalité… C’est un peu comme la simplicité volontaire, on y pratique le développement durable volontaire. En effet, un certain isolement, une population disséminée sur le territoire, un niveau de vie plus bas et plus simple contribuent à une vie plus équilibrée et plus en ligne avec les préceptes du développement durable, donc le développement durable, on n’en parle pas vraiment, on le vit tout simplement.

Et c’est la même chose qu’on soit en Gaspésie ou au Maine… L’effet de l’Oncle Sam sur les habitants du Maine ne se fait pas trop sentir! Les gens sont simples et accueillants.

Et ces élections…

Les médias ont fait état d’une campagne électorale québécoise palpitante, moi je me souviendrai plutôt d’une campagne où les couteaux volaient bas et où les enjeux n’ont pas vraiment été discutés! On aurait dit un ramassis de chialage sur le perron de l’église…

Donc, est-il utile de préciser que les enjeux environnementaux et le développement durable n’ont pas vraiment fait partie de la campagne… Pas plus que l’éducation et la santé dans le fond! Une campagne de mémérage!

Un gouvernement péquiste minoritaire, il faudra voir où ça va nous mener… Chose certaine, aucun parti n’est pressé de retourner en élections!

Anyway, laissons un peu d’eau couler sous les ponts! On verra bien!

En conclusion

Le GarsduDD est de retour! Et il va se reconnecter sur les enjeux du DD et voir ce que ce nouveau gouvernement va changer à la morne attitude du précédent en matière de DD.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à me contacter ou à faire vos commentaires ci-bas.

Je vous invite aussi à partager cet article dans vos médias sociaux à l’aide des boutons de partage ci-bas.

Finalement, pour rester connecté, pourquoi ne pas vous abonner par courriel?

Abonnez-vous par courriel

Québec, transport et GES

23 juillet 2012

Alors que le Québec est aux prises avec un secteur des transports qui représente près de 45% de ses émissions de gaz à effet de serre, le reste de la planète bouge!

En effet, l’Union Européenne planche sur l’idée de réglementer le secteur automobile afin de forcer les manufacturiers à produire des voitures émettant 95 grammes de CO2 par km parcouru. La norme actuelle en Europe est de 130 grammes. Et selon le Fonds d’Action Québécois pour le Développement Durable, la performance québécoise est plutôt de 210 grammes par km.

Donc, une sévère réglementation en  matière de véhicules à essence permettrait au Québec de réduire ses émissiosn liées aux véhicules légers de l’ordre de 50% sur une période d’une dizaine d’années, le temps de remplacer le parc de véhicules. Évidemment, même en Europe, une telle réforme ne peut se faire en criant LAPIN! La réglementation en question serait en place pour 2020… Appliqué au Québec, une réduction importante des émissions ne se ferait sentir qu’en 2025 lorsque la moitié du parc de véhicules aurait été remplacé et pleinement en 2030. On voit donc que même l’adoption, au Québec, de telles normes (ce qui est loin d’être dans l’esprit des constructeurs automobiles américains!), n’aurait que peu d’impact sur les objectifs actuels du gouvernement du Québec de 2020.

Un ensemble d’objectifs d’ailleurs qui est décrié par le vérificateur général du Québec pour son absence de contrôle, de suivi et de rigueur. Inutile de dire qu’il est peu probable, dans l’état actuel des choses, que le Québec réalise son objectif de réductions de GES de 2020… Soit 20% de réduction par rapport à 1990.

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à me contacter ou à faire vos commentaires ci-bas.

Je vous invite aussi à partager cet article dans vos médias sociaux à l’aide des boutons de partage ci-bas.

Finalement, pour rester connecté, pourquoi ne pas vous abonner par courriel?

Abonnez-vous par courriel

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 113 autres abonnés

%d blogueurs aiment cette page :